Depuis les années 2000, internet est partout. Pour voir les photos, pour discuter avec des amis à l’autre bout de la planète, pour véhiculer des messages, des vidéos. Les journaux sont en ligne, la mode est en ligne, les achats des supermarchés sont en ligne.

« Mais qu’attend-on ? » se demande-ton chez Desobry. Acheter des biscuits en ligne ? Les avis sont, il faut le dire, souvent mitigés. Si les supermarchés ont déjà sauté le pas en ouvrant des « drives », pourquoi pas les créateurs/producteurs eux-mêmes ?

Que disent les chiffres ? Parmi ceux qui achètent en ligne, seulement 9% achètent également de la nourriture.  En termes de pays, c’est le Royaume-Uni qui représente 30% des ventes Ecommerce, suivi de l’Allemagne avec 16,8% et de la France 14%. Ces trois pays représentent donc 60% des achats Ecommerce en Europe. Concernant la Belgique, nous savons qu’un belge sur deux a acheté en ligne lors des 12 derniers mois, pour 81% des Britanniques. Si l’Ecommerce explose, il ne le fait pas encore en ce qui concerne l’achat de nourriture en ligne. Et si l’achat se fait, il se fait majoritairement à travers les sites des  enseignes de supermarchés classiques.

Au-delà des chiffres et du potentiel, c’est surtout un moyen de rétablir un contact direct avec ses propres consommateurs. Un contact en terme de vente mais également en terme de communication. De service après-vente également. Ce que les réseaux sociaux ont créés (ce blog, Facebook, Instagram, etc.) comme contact avec les consommateurs, l’Ecommerce peut en bénéficier. Aussi, cela peut être un vecteur de nouveaux produits, d’une gamme dédiée et exclusive à la vente en ligne, etc.

L’Ecommerce, on y pense, bien sûr, mais des questions subsistent..

Est-ce que la vente en ligne est adaptée à la vente de biscuits?

Et vous qu’en pensez-vous ?